Du Nu Artistique Au Nu Artistique !

Du Nu Artistique Au Nu Artistique !

Bien des époques ont vu l’art mettre en avant le corps humain, dessinant ou sculptant leurs courbes dans la simplicité naturelle, la toile servant de support à quelques beautés intimes dans notre chère vieille Europe.

Nu artistique, une représentation parfaite ?

D’une représentation parfaite (les sculptures grecque nous inondent de ces corps d’Apollon) nous en sommes venus petit à petit à retrouver la vérité de corps et à ces courbes imparfaites. C’est au milieu du XIX que les “réalistes” choisissent de mettre en scène leurs nus dans des expressions du quotidien, et donc de revenir au modèle original, et non plus à sa sublimation.

Société de l’éphémère,
Société du consommable,
Société de l’art nouveau !
Autre temps, autre mœurs

Body painting, l’art corporel à la mode

Mélange de peinture et d’art corporel, le body painting est à l’heure actuel, un des arts passagers les plus en vogue !
Nulle prétention de vérité ou d’analyse,
juste le plaisir d’imaginer… une continuité !

Le nu symbolique retravaillé en nu artistique?
Le nu artistique retravaillé en nu provocateur !

Il est plaisant de voir la toile devenue motif et le motif devenu toile !
Peinture de guerre, peinture mystique, peinture de supporters, peinture caricaturale,…

Le body painting n’est pas un art nouveau et pourtant il semble prendre un autre voie. Anciennement utilisé lors de rituels (qu’ils soient guerriers, mortuaires, religieux,…) il renait aujourd’hui comme art à part entière.
Fort de l’apparition d’un mouvement dédié à l’art corporel, le body painting devient un but en soi, une expression des talents de l’artiste !

Comme pour toutes les peintures, différents mouvements se dessinent…
Du représentatif, à l’abstrait,
Du trompe-l’œil à la fresque !

Le corps comme support de l’art

Le corps servant de support doit bien sur entrer en harmonie avec l’œuvre, parfois même devenir une partie de celle-ci, bien plus qu’une simple toile…
Il n’est donc pas rare de voir ainsi soulignés, les attributs de la sexualité, qu’ils soient masculins ou féminins…

Je ne puis m’empêcher de voir dans cet art une sublimation du corps…
Sublimation qui n’altère pas sa véritable nature.
Voilà qui est bien rare…
Dès lors je me trouve proche du fétichisme car d’un corps qui peut-être quelconque on obtient, à travers le regard du fétichiste, un objet d’adoration.
Lorsqu’on est l’objet du fétichisme d’un partenaire on se retrouve ainsi magnifié comme on pourrait l’être sous le pinceau de l’artiste…

Ce rapprochement vous parait-il sans fondement?
(Que les artistes se rassurent, je ne prétends pas ici que le ‘body-painteur’ se doit d’avoir un fétichisme pour le corps, loin de là. Il s’agit juste d’y voir un potentiel lien.)

Laisser un commentaire

Fermer le menu