Les 5 familles de bondage

Les 5 familles de bondage

Découvrez les 5 familles de bondage qui existe au travers des différentes cultures et religion de part le monde. Nous allons ici vous présenter succinctement celles-ci, et nous vous invitons à lire le blog pour les découvrir une à une dans ses techniques les plus retranchées.

Le bondage Artistique

Ou que l’on remonte, le but premier du bondage peux importe les cultures était de créer un tableau, une réalisation artistique avec une pose esthétique et un cadre travaillé. La soumise était tout le temps vétue de façon la plus érotique qui soit et les liens et cordages bien souvent très peu serrés. Ceci évitant toute déformation pouvant être jugée comme malencontreuse du corps.

On rencontre régulièrement différent type de photographie de bondage qui sont soumise à cette famille du bondage, comme en témoigne de nombreuses photographie sur lesquelles le modèle arrive à prendre la pose avec par exemple une robe tressée de cordes. L’image laisse même croire qu’il ne s’agit pas de bondage, mais d’un simple art du tressage de cordes.

Le plaisir sexuel

Le bondage est un art mis en place de façon à restreindre l’accès aisé aux différentes zones érogènes et sexuelles du soumis, celui-ci étant généralement totalement nu. Lors de la pratique du bondage, est généralement fait usage d’accessoires sexuels comme les vibromasseurs et les accessoires SM les plus inventifs.

Les liens réalisés par le dominant sont généralement serrés sans excès afin que la douleur ne viennent pas gâcher tout le plaisir du ou de la soumise durant l’expérience. Cela est d’ailleurs bien représenté sur la photographie suivante, photo sur laquelle on observe bien que la soumise à été confortablement liée à un portique. Un sextoys à été pour sa part attaché contre sa chatte histoire de la faire frémir.

Le plaisir par la contrainte

Généralement, bonder un soumis vise à anihiler partiellement ou totalement la liberté des mouvements réalisables par un soumis. Un bondage peut donc concerner soit la moitié supérieure du corps soumis, soit dans son intégralité. Généralement le dominant fait usage de tout éléments mobile à sa disposition pour fixer son soumis. (chaise, table, etc…). Cela facilitant les étapes de création des noeuds, en bénéficiant d’attaches fixes simplifiées.

Le plaisir contraint

Sur la photo ci-jointe, on observe distinctement que la soumise est attachée fermement. La pose illustrée est stricte, cependant elle peut être maintenue longtemps par le soumis.

Le plaisir par l’humiliation

Les différentes techniques de bondage sont réalisées de façon à maintenir les soumis dans certaines positions assez humiliantes. C’est donc une adaptation du bondage par la contrainte évoqué ci-dessus, variante dans laquelle la pose du soumis prends toute son importance.

Le plaisir par l’humiliation provoque chez la soumise un sentiment d’humiliation pour le moins fort : exposition du sexe ou de l’anus, transformation en élément mobilier fixe, etc… ( je ne vous parle pas de l’intromission d’objets de petite ou grande taille  ).

Chaque être humain ayant ses propres peurs et pudeurs, c’est donc le maitre dominant qui conçoit sa façon d’effectuer le bondage afin de faire sortir ces peurs et pudeurs de son soumis. Certains n’hésitent d’ailleurs pas à utiliser un bandeau pour aveugler son soumis afin de le protéger du regard des autres mais surtout à l’aider à surmonter ses angoisses tout en faisant appel à son imagination.

J’ai croisé dans un club en public une soumise transformée en ponygirl avec une cagoule, un mors, des clochettes aux seins et au sexe. Elle a ensuite été fermement attachée à un bambou et les seins ont été bondagés de façon à bien ressortir. Enfin ,elle a été contrainte de se mettre à genou et de se pencher pour qu’un plug terminé par une queue de cheval soit introduit dans son anus. Tout ces éléments rendent ce bondage très humiliant.

Le plaisir par la torture

Lorsque on parle de torture, on parle de douleur et donc de souffrance, il va de soit que ce type de bondage est conçu de façon à infliger une douleur intense au soumis. Les liens ont été fortement serrés, et l’ensemble du corps est soumis au supplices des cordes.

Les Japonnais adeptes du bondages ont pris le temps de perfectionné cet art depuis de nombreux siècles. Cette technique était même utilisée par leurs armées à l’encontre de leurs ennemis et ce par pur plaisir, vengeance, ou pour obtenir des informations.

Aujourd’hui mis en œuvre de manière plus pacifique, les bondages de cette famille demandent une grande expérience, les dangers rencontrés étant très importants et pouvant aller jusqu’à donner la mort.

Un bondage bien réalisé montre bien à quel point votre soumise peut souffrir tant la tête est rejetée en arrière. Le moindres mouvement des jambes est un vrai supplice.

Attention !

Vous devez savoir que les images de bondages extrèmes que vous pouvez voir sur certains sites sont souvent réalisées par des personnes très expérimentées, sur des soumises entraînées depuis des années.

Ces personnes ont acquis une résistance et une souplesse absolument phénoménales. Quant à certains autres sites, il arrive souvent que des assistants soutiennent le modèle entre les clichés. Alors ne cherchez pas à reproduire ces bondages chez vous …

Bien évidemment, ces familles se recoupent et un bondage peut relever de plusieurs familles. Ainsi, un bondage peut par exemple être à la fois de contrainte tout en restant artistique.

Laisser un commentaire

Fermer le menu